Mots-clefs

,

Ep. 16 (final) – Welcome to the Tombs (réal. Ernest Dickerson)

The Governor - The Walking Dead - © AMC

Lire : The Walking Dead – Saison 3 #1

Cette saison de TWD a été accompagnée par une révélation qui a fait beaucoup de peine à certains fans du show : Glen Mazzara, qui est showrunner de la série depuis la saison 2 quitte la série et ne participera plus à la production dès la saison 4.
Ce n’est pas la première fois que cela arrive, Frank Darabont, le créateur et showrunner précédent avait lui aussi dû quitter la série, mais les raisons sont cette fois-ci différentes. Dans le cas de Darabont, le choix avait été dû purement à son prix et des relations conflictuelles avec la chaîne. Le départ de Mazzara est dû à une différence de vision avec les responsables de la chaine concernant la série, mais des rumeurs parlent d’un mécontentement des auteurs qui trouvaient le travail de Darabont plus fidèle à leur bande dessinée.
Toujours est-il que le showrunner de la saison 4 sera Scott Gimple qui a déjà écrit quelques épisodes de la séries et en est producteur. Quoiqu’il en soit, je n’ai pas vraiment peur, TWD a déçu et a plu sous la direction de Mazzara, je ne me risquerai pas en conjecture sur le futur et j’attends de voir ce que ça va donner. Mais assez avec cet aspect, intéressons nous au contenu de la saison.

J’avais déjà évoqué Carl (Chandler Riggs) dans mon précédent article, disant qu’il était passé du « gamin insupportable » à un personnage plus mature et plus actif dans la vie des survivants. En outre, il devient violent et effraie parfois les autres protagonistes mais aussi le spectateur. Mais ce n’est si on le compare au Governor (David Morrissey), c’est un personnage mythique des comics, effrayant, froid et qui semble à la fois déconnecté de la situation mondiale tout en étant parfaitement capable de se sortir d’une situation où n’importe quel autre personnage mourrait.
Il faut toujours un méchant à une histoire et plus ce méchant est proche par certaines aspects au héros, plus il est considéré comme un véritable adversaire par le spectateur, un ennemi redoutable qui sera difficile à éliminer. Le Governor est cet ennemi, un Rick (Andrew Lincoln) qui serait passé du côté obscure, qui n’a pas aucun scrupule à éliminer des vivants, se protégeant derrière l’excuse de la protection du plus grand nombre.

Rick - The Walking Dead - © AMC

Je regrette tout de même certains éléments. Déjà, je n’ai pas vraiment aimé de voir revenir un personnage qu’on avait oublié depuis bien longtemps : je n’ai jamais aimé les « résurrections » dans les séries et même si celle là est justifiable et justifiée et qu’elle entraine une histoire, c’est une pirouette scénaristique que je n’aime pas.
J’ai aussi un reproche à faire quant à l’écriture du personnage d’Andrea (Laurie Holden). Depuis la saison 1, Andrea est toujours du mauvais côté, pas une fois elle ne soutient la bonne personne et c’est toujours en fin de saison qu’elle réalise sont erreur. Pourtant elle continue encore à prendre les mauvaises décisions chaque fois qu’un choix lui ai permis, ce qui rend certaines interactions avec elle complètement prévisibles. Le pire, c’est qu’on ne la déteste pas, mais elle nous énerve et il n’y a que vers la fin de la saison (comme d’habitude) qu’elle réalise quelque chose que tout le monde avait déjà réalisé autour d’elle… Même d’autres personnages qui arrivent sur le tard dans la saison comprennent plus vite qu’elle que le Governor n’est pas tout net.
Par contre, niveau points positifs, en dehors de Carl, il y a Michonne (Danai Gurira). Une combattante redoutable, armée d’un katana, et ça c’est toujours classe.

Ce dernier épisode en particulier est plutôt réussi, je regrette juste que l’assaut de la prison n’ait pas été plus long, mais en terme de conclusion, c’est la première fois qu’un season finale pourrait presque être un serie finale.

Pour cette saison de The Walking Dead : 7/10

Publicités