Étiquettes

, , , ,

Avant-propos : Au lieu d’une simple critique de série, j’ai décidé de vous proposer quelque chose de nouveau : que se passe-t-il dans la tête d’un série-addict, pourquoi et comment le devient-on ? Quelles sont les conséquences d’une telle addiction ?
J’écrirai les épisodes au fil de mon inspiration, il pourra y en avoir plusieurs par semaine. Ce premier épisode est un « pilote », une mise en bouche. La suite sera plus construite.

Ma vie de série-addict #1 – Scrubs : La découverte

Juin 2007, j’ai eu mon bac et je vais enfin quitter le domicile familiale vers l’inconnu des études supérieures. Il parait que l’école d’ingénieur où je vais est plutôt pas mal et qu’on sait s’y amuser, ça tombe bien j’ai passé mon lycée à m’amuser.
Avant de partir, il faut que j’achète un ordinateur, un portable de préférence. Ça sera sans doute plus pratique et puis ça se transporte un peu partout, et comme ce n’est pas un achat de tous les jours, autant prendre de la bonne came. C’est donc un Mac sous le bras et un sac de cours sur le dos que je débarque à Rennes.

Les études, c’est pas trop mal, mais je me rends compte que mon niveau d’anglais est clairement en dessous de celui demandé. « Il faut mater des séries » nous disent les deuxième année, « on a un système de partage entre étudiants, vous pourrez en profiter, ça marche bien ». À l’époque, je ne suis pas du tout un fan de série, je les considère comme des trucs abrutissant. Mis à part quelques comédies que j’aime bien, notamment Scrubs. « T’as cas commencé par ça » me dit-on alors.

On est en octobre, je suis à la FNAC, j’achète mon premier disque dur externe. Les six saisons de Scrubs ça pèse un certains poids et mon ordinateur me sert aussi à travailler, autant séparer l’utile et l’agréable à la base. En plus c’est un disque de stockage à brancher, ça m’évitera d’en regarder tout le temps. Et puis il faut aussi que je stocke la masse de films que j’ai récupéré sur le réseau de partage des étudiants. Je sens que cette année va être bonne.

Je redécouvre alors Scrubs sous un nouvel angle. Je n’avais vu que les épisodes en V.F sur M6 quand ils passaient à 22h le vendredi soir. Et je me rends compte que JD n’est pas si bête, au contraire c’est même un gars plutôt profond. Ce n’est pas que drôle ou superficiel, les séries peuvent aussi être réfléchies : c’est ma première révélation.

Autour de moi les gens parlent de Dexter, on me dit que c’est génial. Un ami me dit « C’est avec le mec de Six Feet Under« , comme si je devais savoir de quoi il s’agit, on me parle aussi de How I Met, mais tout ça ne me dit rien.

Puis un jour on me parle alors de Chuck et là…

Publicités