Étiquettes

,

Ep. 1 – The New Rachel (réal. Brad Falchuk) et Ep. 2 – Britney 2.0 (réal. Alfonso Gomez-Rejon)

Créée par Ryan Murphy, Brad Falchuk et Ian Brennan en 2009 – Feuilletonnant : Drame/Comédie Musicale

J’ai du mal à réaliser que je vais écrire un article sur Glee, une série que j’avais abandonnée à la fin de la deuxième saison tant j’avais été sidéré par son manque de profondeur…
Mettons tout de suite les choses au point. Je ne suis pas du tout fan des comédies musicales, elles ont tendance à m’énerver au plus au point tant elles sont niaises,  quand j’ai commencé Glee, c’était par pure curiosité, après avoir lu un peu partout que c’était un phénomène outre-Atlantique.

Faisons un bref retour sur les saisons précédentes.
Je l’ai déjà dit, la première saison était une réussite, construite entre deux histoires : la grossesse d’une adolescente et la fausse grossesse d’une femme voulant à tout prix garder son mari. L’une assez peu drôle, l’autre énormément. En parallèle, on suivait ce petit groupe de « loosers » lycéens essayant de trouver leurs identités. Clairement, j’ai été surpris par l’intelligence de cette première saison à l’époque.

La deuxième saison en revanche s’est perdue, entre les reprises de tubes plus nuls les un que les autres, une simple histoire d’amour de lycéens (qui est, à mon goût, le pire choix scénaristique possible de par le côté éphémère de la chose), un manque cruel d’une véritable histoire dramatique pour tenir le tout et surtout un gros manque d’humour.

Mais ces derniers jours, j’ai lu des critiques de ce début de saison, qui affirmaient que l’esprit était plus proche de celui de la première saison. J’ai donc passé ces derniers jours à rattraper mon retard.
D’abord, sur la saison 3, j’ai été très agréablement surpris de voir revenir certaines histoires, complètement oubliées par la deuxième (comme l’enfant de Quinn, interprétée par Dianna Agron), de voir revenir des sujets plus sérieux, un esprit moins moralisateur et de l’humour, du bon humour. Et puis surtout, il était temps que la musique revienne. J’ai l’impression que les erreurs de la deuxième saison ont été corrigées, finis les chansons originales et les tubes d’une année, retour aux sources et à des styles différents. J’ai particulièrement apprécié le deuxième épisode (réalisé par Ryan Murphy) et l’épisode 11 dédié à Michael Jackson qui est pour l’instant mon épisode préféré de Glee, toutes saisons confondues.

Cette quatrième saison commence en effet plutôt bien. Beaucoup de personnage sont partis, leur lycée étant terminé, on regrettera Quinn Fabray et Santana Lopez (Naya Rivera) mais pour ma part je suis content de voir partir Finn Hudson (Cory Monteith), qui n’a jamais eu beaucoup d’intérêt à mes yeux, mis à part de créer des histoires romantiques à l’eau de rose avec Rachel (Lea Michele).
Rachel, justement, arrive à New-York et est confrontée à la dure réalité de sa condition : si dans son lycée elle était le meilleure, dans son nouvel élément, elle ne se différencie pas vraiment des autres. Au moins, elle a perdu son arrogance irritante et va enfin véritablement grandir.
Au lycée, le Glee Club doit remplacer ses membres et organise des auditions. De manière assez surprenante, ils n’acceptent que deux nouveaux membres (alors qu’ils en ont perdu sept).
Bon, pour l’instant, mis à part certaines reprises sympas (et d’autres très mauvaises, mais ce sont mes goûts), les histoires sont assez moyennes. Les nouveaux personnages sont intéressants et j’attends de voir comment les scénaristes vont tourner le truc. On a assisté à 3 années de progression pour le Glee Club, jusqu’à le voir gagner le trophée national. Cette quatrième saison pourrait être la saison de trop, si l’histoire ne se renouvelle pas un minimum. On peut, espérons-le, compter sur les vies des anciens membres et sur Sue Sylvester (l’ennemie intime du Glee Club interprétée par Jane Lynch), étrangement peu présente dans de ces deux premiers épisodes, pour nous divertir.

J’ai en, tout cas, un bon a priori après avoir vu les deux premiers épisodes de cette saison et je vais la suivre…

Publicités