Mots-clefs

,

WorkinGirls

Produite par Gaëlle Cholet, réalisée par Sylvain Fusée et diffusée sur Canal+ depuis le 19 avril – Sitcom

Synopsis

Les aventures au bureau de Karine (Claude Perron) la cadre supérieure psycho-rigide, de Nathalie (Vanessa David) son assistante débordée par sa vie de famille, de Deborah (Laurence Arne) la DRH nymphomane et de Hélène (Blanche Gardin) la chef du marketing dépressive ; accompagnées par deux standardistes relativement attardées.

WorkinGirls – Bande-annonce

Critique

Depuis Un Gars/Une Fille et autre Caméra Café les comédies françaises ont pris leur marque dans un format court, voire très court, amenant au final au formidable Bref qui n’a pas besoin de présentation. WorkinGirls se trouve être au format bâtard de 13 minutes, entre le Sitcom classique de 20 minute et le programme court quotidien genre Scènes de ménages.

On commence à le savoir, Canal+ aime tenter des choses différentes et est la seule chaine française capable de produire de véritables séries à mon sens. Alors pourquoi cette limitation temporelle ? Avant de parler du contenu de la série, j’ai envie de parler de son contenant. Ces 13 minutes sont trop courtes à mon goût pour profiter de l’épisode, mais la direction de la chaîne a comme souvent décidé de passer plusieurs épisodes à la suite, une spécifié française d’ailleurs, une belle connerie en général, même si pour un show court à ce point, c’est plutôt agréable. On a donc pour l’instant quelque chose de trop court, mais à enchaîner avec un autre épisode ; ça rattrape.

La série en elle-même est moyennement drôle, trop inégale à mon goût entre les différentes protagonistes. Nathalie, la mère débordée, semble être le seul personnage réaliste ; Déborah et Karine sont coupées entre leurs phases intelligentes et celles complètement connes, ça marche pas trop mal, on rigole, même si c’est gras et facile ; Hélène la déprimée est à mon sens la plus drôle, l’actrice Blanche Gardin a des airs de Marina Fois et porte assez bien ce rôle. Les histoires sont plutôt crédibles et même si la plupart des ressorts comiques utilisés sont très – voire trop – simples, c’est assez efficace et ça détend. On va dire 3/5.

PS : il s’agit d’une adaptation très libre de la série hollandaise Toren C mais ça n’a pas vraiment d’importance pour nous !

Publicités