Étiquettes

,

Créée par Eric C. Charmelo et Nicole Snyder et diffusée sur The CW depuis le 13 septembre 2011 – Drame/Thriller Feuilletonnant.

Synopsis

Bridget Kelly est dans un programme de protection fait par le FBI en attente du procès de Bodoway Macawi, dans lequel elle est un témoin à charge clé. Persuadée qu’elle n’est pas en sécurité, elle s’enfuit et retrouve sa soeur jumelle : Siobhan (prononcer : Chiovane) Martin dans les Hamptons. Lors d’une promenade en bâteau, Siobhan se suicide. Anéantie, Bridget décide de saisir l’opportunité et d’échapper définitivement à Bodoway en prenant la place de sa soeur et d’en subir les conséquences.

Critique

Cette saison 2011/2012 est marquée par deux come-backs notables dans le monde des séries : Kiefer Sutherland (de 24) dans Touch et Sarah Michelle Gellar (SMG) (de Buffy The Vampire Slayer) dans Ringer ; deux stars du petit écran qui sont apparus comme des vitrines aux deux shows. Mais est-ce qu’une actrice comme SMG qui a joué dans une série pour ado des années 90 a le même pouvoir qu’un Kiefer Sutherland porté par le succès incontestable d’une série considérée comme une référence aujourd’hui ? Rien n’est moins sûr.

Sarah Michelle Gellar à 20 ans – Buffy Summers

Bien sûr pour ceux comme moi qui ont grandi dans les années 90, Buffy est une référence au même titre que Friends ou Urgence, mais hélas, objectivement cette série n’est pas excellente, bien que réussie. Un peu comme Smallville, c’est une série pour les 12-15 ans, et si elle a laissé une image forte dans nos mémoires, c’est parce qu’à l’époque un rien pouvait nous impressionnait et parce que Buffy elle était quand même vachement bien foutue ! Le retour de SMG, beaucoup l’attendaient donc, sans savoir à quoi s’attendre, on ne pouvait pas vraiment s’attendre à revivre un show d’une force de Buffy, irremplaçable dans notre imaginaire collectif, mais elle, on voulait voir ce qu’elle allait nous offrir pour son grand retour en télé.

Sarah Michelle Gellar aujourd’hui – Bridget Kelly

Avant de parler de ce que j’ai aimé, je vais aborder le premier point noir de la série : The CW. À l’origine la série était pensée pour être diffusée sur CBS, mais les responsables de la chaîne n’ont pas jugé le pilote assez réussi pour être diffusé sur la chaine mère et reléguée sur la chaine pour jeunes : The CW, celle où l’on retrouve Supernatural ou encore Gossip Girl; aïe. Si les cinq premières saisons de Supernatural sont très agréables à regarder à partir de la fin de la saison 1 et que Gossip Girl est divertissante grâce son côté soap hilarant lorsqu’il est pris au second degré, ces deux séries ne sont pas destinées à un public d’environ 30 ans, les adolescents de l’époque de Buffy.

On pouvait donc s’attendre à quelque chose sans le moindre suspense, du vu et du revu, surtout pour quelqu’un qui a vu quand même pas mal de films, lu un certain nombre de romans et regardé un tas et un tas de séries ; mais là ce fut la surprise. Le premier épisode commence tout de suite très fort, on voit Sarah Michelle Gellar se faire poursuivre dans un appartement, se faire attraper et crier à son assaillant « You have the wrong girl ! » et puis c’est le retour en arrière : on découvre un SMG décrépie, Bridget, lors d’une réunion Narcotics Anonymous et on comprend peu à peu la situation dans laquelle elle est (cf. Synopsis). Puis c’est la rencontre des deux soeurs, une opposition totale en terme vestimentaire et de posture, j’ai même cru voir deux actrices différentes. Ce premier épisode monte en puissance tout du long, retourne finalement à la scène ayant débuté la série et se termine avec un vrai cliff-hanger. Globalement, du premier au dixième épisode, on est tenu en haleine, chaque épisode se termine par un cliff et entraine de plus en plus Bridget dans son mensonge et dans les secrets de sa soeur.

Mais voilà la série est constituée de 22 épisodes, mince, mais ça en fait douze de trop du coup, non ? Pas vraiment, en réalité de l’épisode 11 à 17 on suit une espèce d’histoire dans l’histoire, qui n’a pas vraiment rien à voir avec l’intrigue principale mais la coupe complètement, pour introduire quelques nouveaux personnages et les faire disparaître quelques épisodes plus tard, c’est le souci lorsque les scénaristes on assez d’idées pour 13 ou 14 épisodes, mais pas pour 22. J’ai vraiment failli abandonner la série à ce moment là, je revivais ce que j’avais vécu avec le début de la deuxième saison de The Walking Dead, c’était dur. Et puis, boum ! L’histoire reprend, reprend très fort même à partir de l’épisode 20 pour finir de manière éclatante dans un season finale qui m’a complètement bluffé et laisse présager d’une très grosse suite si la série est renouvelée, ce qui est moins que probable. Dans tous les cas je vous conseil vivement cette première saison ! 3,5/5 pour les 10 premiers épisodes et les 4 derniers, qui auraient dû être les seuls.

Publicités