Mots-clefs

, , ,

Don’t Trust The B—– In Apartment 23

Créée par Nahnatchka Khan et diffusée sur ABC (Début : 11 avril 2012, 13 épisodes) – Sitcom

Synopsis

June (Dreama Walker), une fille de la campagne américaine, débarque à New York pour son nouveau travail. Malheureusement, les choses ne se passent pas comme prévu et elle est obligé de chercher une collocation et emménage avec Chloe (Krysten Ritter), une fêtarde sans morale, son opposé la plus parfaite, dont le meilleur ami n’est autre que James Van Der Beek, l’ancien acteur de « Dawson » particulièrement imbu de sa personne.

 

Critique

J’attendais ce show avec une demi impatience, d’abord parce que dans la série des comme-back cette saison 2011/2012 nous a plutôt bien servi avec Sarah Michelle Gellar (Ringer) et Kiefer Sutherland (Touch, cf. plus bas) et maintenant James Van Der Beek, mais aussi parce que niveau nouveau sitcom j’avais été plutôt déçu pour l’instant (à part par New Girl) ; c’est donc gaiement que je me suis procuré le pilot de Apartment 23, disponible chez tous les bons libraires.

À première vue, on est dans du classique : opposition June/Chloe avec la gentille et la méchante que l’on voit tout à fait devenir amies tout du long de la série. On est dans le classique à ce niveau là, oui, mais on a aussi droit à tout un florilège de situations cocasses et donc drôles, ou au moins voulues comme telles. La scène où June arrive dans ce qui devait être son nouveau lieu de travail fait partie des scènes les plus hallucinantes que j’ai pu voir dans une série cette année, avec une quantité folle de figurant et une caméra assez vive. De plus la première scène de la série (Chloe qui se fait le mec de June) permet une entrée en matière directe et crée une empathie certaine pour la jeune rurale. Ça marche donc bien.

Mais le détail le plus frappant et le plus drôle aussi c’est bien sûr James VD Breek, dans son propre rôle, qui se paye un melon très volumineux, fatigué d’entendre tout le temps les gens lui parler de Dawson’s Creek bien qu’il l’utilise à peu près dès qu’il peut pour draguer ou autre. Les réalisateurs jouent bien entendus avec l’image qu’a « Dawson » pour tout le monde et même pour June qui commence à chantonner le générique dès qu’elle le voit. Je pense qu’il faut avoir vu Dawson’s Creek pour comprendre tous les ressorts comiques, mais même sans ça, le show reste un bon divertissement. Pas aussi drôle que How I Met Your Mother ou Big Bang Theory à leur meilleurs jours, mais drôle tout de même. Pour ce pilote : 3/5

Touch (suite)

J’ai déjà parlé de Touch après avoir vu le premier épisode, ici, était une rapide impression de ce que le show allait devenir. Après avoir vu l’épisode 3, Safety In Numbers, je suis rassuré : je ne m’étais pas trompé.

Créée par Tim Kring et prévu pour 13 épisodes diffusés sur la FOX, Touch raconte l’histoire d’un père, Martin Bohm (Kiefer Sutherland), qui cherche à communiquer avec son fils autiste Jake (David Mazouz) à travers les nombres que celui-ci écrit partout sur son cahier.

Je n’ai qu’un regret à propos de cette série, c’est que la direction prise soit si procédurale, après tout on aurait pu envisager une histoire où le père relie avec le fils en 6 ou 7 épisodes et où le feuilletonnant aurait primer.

Mais au delà de ça, Touch est une des rares séries à avoir une aura, un truc en plus, un truc indéfinissable qui fait que ça marche et surtout que c’est vraiment bien. Peut-être s’agit-il de ce téléphone qui fait le tour du monde depuis le premier épisode et qui par la suite risque de devenir central, peut-être est-ce la voix off de Jake qui début chaque épisode et nous plonge dans sa tête et son univers, peut-être est-ce Kiefer Sutherland lui-même qui interprète ce père à la perfection ou peut-être est-ce tout simplement la fascination qu’ont les hommes pour les nombres, sans doute tout cela à la fois. Touch hypnotise et entraine le spectateur dans sa spirale de causes à effets. Avec Awake, ce sont mes deux coup de coeurs pour cette deuxième moitié de saison. Alors pour mettre une note, parce qu’il en faut une, 4/5 pour l’instant.

Publicités